Rue du Soleil-Levant, 1204 Genève, Suisse

00 41 22 818 71 72

onlinebusinesstips24@gmail.com

Le CBD au secours des rhumatismes - %

Le CBD au secours des rhumatismes

cbd-cannabidiol-rhumatisme

 

Sous le nom de maladies rhumatismales sont regroupées une série de maladies multiples d’origine et de gravité variables qui affectent le système ostéo-articulaire et musculo-tendineux, et qui se manifestent par des douleurs, une déformation progressive et une limitation fonctionnelle. Certaines d’entre elles peuvent également concerner des organes internes tels que le cœur et d’autres viscères.

Quant à la cause, dans certains d’entre eux, la composante auto-immune est particulièrement importante, tandis que d’autres sont secondaires à d’autres types de processus dégénératifs ou infectieux.

Certaines de ces affections le sont :
Arthrose (arthrose)
Arthrite rhumatoïde
Arthrite psoriasique
Lupus érythémateux disséminé (Lupus)
Sclérodermie
La spondylarthrite ankylosante
Fibromyalgie
Lâcher
Polymyosite
Bursitis
Tendinite
La maladie de Behçet
La maladie de Crohn
Syndrome de Sjögren
Diabète sucré
Thyroïdite

Les symptômes et les signes articulaires les plus courants sont les suivants :

Gonflement et douleurs articulaires chroniques (uniques ou multiples) permanentes ou dues à la poussée
Difficulté de mobilisation conjointe au début du mouvement et prévalence matinale, qui s’améliore avec le mouvement

Limitation fonctionnelle des articulations

Le traitement conventionnel est généralement peu efficace et présente de multiples effets indésirables en raison de la toxicité des médicaments à différents niveaux : rénal, digestif, hépatique, etc.

Les effets du cannabis sur les maladies rhumatismales

Au-delà de la définition, ce qui caractérise toutes ces conditions est la chronicité, la présence de la douleur et la composante inflammatoire.

Il est bien connu que les cannabinoïdes, et en particulier le THC et le CBD, ont des effets anti-inflammatoires et analgésiques, d’où leur application dans tous ces processus. D’autre part, le système ostéo-articulaire manque de sites d’action (récepteurs) pour la plupart des composés, ce qui explique l’inefficacité de la plupart des médicaments. Cependant, la présence de sites d’action des cannabinoïdes dans les articulations a été démontrée, même dans le cas de processus dégénératifs comme l’arthrose.

En outre, les cannabinoïdes ont des actions dans la modulation de l’immunité et comme on l’a dit, beaucoup de ces maladies ont une cause auto-immune. En ce sens, le CBD, contrairement aux immunosuppresseurs classiques, est capable de diminuer la réponse immunitaire contre l’organisme lui-même (auto-immunité) sans affecter la réponse aux infections ou aux processus tumoraux.

Bien que le THC ait un effet analgésique important, en raison de ses effets psychoactifs et cardiovasculaires, et en particulier chez les personnes âgées, les doses de ce composé doivent être limitées pour éviter les effets secondaires sur les fonctions cognitives et la pression artérielle, et accompagnées de doses efficaces de CBD à genève qui neutralisent les effets psychoactifs.

Je vous suggère ces sites web si vous voulez en savoir plus ou découvrir des centres médicaux pour vous procurer du cbd : https://www.health.harvard.edu, https://en.wikipedia.org , https://www.healthline.com , https://www.health.com , https://www.fda.gov

Outre le soulagement de la douleur et la réduction de l’inflammation, le cannabis et les cannabinoïdes dans les maladies rhumatismales peuvent apporter d’autres avantages sur l’état général du patient en améliorant la qualité du sommeil, l’appétit, l’humeur et la qualité de vie.

Administration de cannabis et de cannabinoïdes dans les maladies rhumatismales

Il est recommandé que les voies d’administration dans ces pathologies soient à la fois locales et générales. Cela se traduit par l’utilisation de crèmes ou de lotions à appliquer sur les points douloureux, en plus de l’ingestion d’huiles ou de teintures. Ainsi, tout en traitant les symptômes douloureux et inflammatoires des maladies rhumatismales en général et en cherchant à influencer une modulation de l’auto-immunité, il peut être plus efficace pour soulager la douleur sans avoir à faire appel à de fortes doses de THC. Les crèmes au THC utilisées localement ne génèrent en principe pas d’effets psychoactifs, bien qu’il faille être attentif aux éventuelles réactions allergiques au THC.

La CDB et son action sur l’arthrite

La douleur, la raideur et l’inflammation sont des éléments intrinsèques de la polyarthrite rhumatoïde. Malheureusement, il n’y a pas de remède connu pour cette maladie à l’heure actuelle, aussi les médicaments et les remèdes conventionnels se concentrent-ils sur la réduction des effets indésirables, des symptômes et de l’inconfort. Il est souvent rapporté que seulement 10 à 25 % des personnes atteintes de PR montrent une diminution de la douleur après avoir pris des médicaments anti-inflammatoires ou s’être fait des injections.

C’est pour cette raison que des études comme celles de Guindon et Hohmann, résument cela :

Les cannabinoïdes suppriment la réponse comportementale aux stimuli nocifs et aux signaux nociceptifs par l’activation des récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2.

Notre système endocannabinoïde est responsable de la modulation d’un grand nombre de fonctions, parmi lesquelles nous avons l’atténuation de l’inflammation. Ces découvertes sont encore plus encourageantes lorsqu’elles sont associées à l’utilisation de techniques in vivo et in vitro dans des modèles animaux, où l’on constate que l’action du CBD peut diminuer les effets produits par les facteurs de nécrose tumorale (TNF, une molécule favorisant l’inflammation), c’est-à-dire que le CBD a la capacité d’activer un mécanisme de défense contre les tumeurs produites par des maladies telles que le cancer, d’autre part, de soulager dans une certaine mesure les symptômes de l’inflammation dans des conditions telles que la PR. En conséquence, les patients peuvent connaître une diminution des douleurs articulaires, une moindre agressivité de la maladie et, par conséquent, une amélioration de la qualité du sommeil quotidien.

Il est intéressant de noter que, dans certains modèles, des études histologiques ont montré que l’action des cannabinoïdes était liée à la dose et à la protection des articulations.

Toutes ces études sont fascinantes, et c’est pourquoi des statistiques comme celles qui existent au Canada, où 36% de l’utilisation du CBD est destinée aux patients souffrant d’une forme d’arthrite, il est cependant nécessaire d’assister quotidiennement à l’action d’une molécule aussi prometteuse que le CBD, en particulier chez les personnes qui cherchent désespérément une solution et qui ont déjà épuisé toute autre alternative conventionnelle.

Après avoir épuisé toutes les possibilités, le jeune homme a découvert une crème à base de CBD dans l’État de Californie. Une petite dose quotidienne a suffi pour soulager énormément la douleur produite par cette maladie. Le jeune homme a été tellement influencé par l’efficacité de ce produit qu’il a décidé de créer sa propre entreprise pour produire des crèmes CBD, toujours avec la philosophie que ces solutions doivent être accessibles à tous ceux qui en ont besoin.

Des cas comme ceux mentionnés ci-dessus se retrouvent partout dans le monde, il est donc important de porter ces anecdotes dans un environnement plus contrôlé, où l’efficacité et le dosage requis de la CDB peuvent être mesurés. De cette manière, la CDB peut recevoir l’attention qu’elle mérite dans la gestion de ces conditions. Il est encore trop tôt pour déterminer où la recherche sur les cannabinoïdes va mener, mais heureusement, de nouveaux facteurs positifs sur ces composés sont découverts chaque jour.

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie systémique chronique, qui touche principalement les articulations des mains et des pieds, provoquant un gonflement, une raideur et une douleur. Cette maladie touche environ 200 000 personnes en Espagne (prévalence de 0,5 %) et un ratio femmes/hommes de 3/1, bien que les symptômes se manifestent généralement vers l’âge de 50 ans, elle n’est pas exclusive à cette période.

Un diagnostic précoce correct (avant tout médicament) est une étape cruciale pour augmenter les chances de préservation structurelle des articulations touchées et pour préserver les fonctions physiques normales de ces articulations au fil du temps.

À cette fin, la Ligue européenne contre le rhumatisme (EULAR) a recommandé un ensemble de facteurs à prendre en compte pour ce diagnostic :

Facteurs de risque génétiques
Les facteurs de risque environnementaux :
La fumée de cigarette est considérée comme un facteur de risque très fortement établi :

Auto-immunité systémique
Symptômes présents en l’absence d’arthrite
Arthrite non classée
Il est important de noter que tous les patients ne peuvent pas être affectés par tous ces facteurs, ni même de la même manière.

Leave a Comment