Rue du Soleil-Levant, 1204 Genève, Suisse

00 41 22 818 71 72

onlinebusinesstips24@gmail.com

Etude scientifique du CBD - %

Etude scientifique du CBD

CBD et anxiété

Le profil pharmacocinétique du CBD a été largement exploré dans la littérature existante. Une revue systématique de la pharmacocinétique du CBD publiée récemment a révélé que l’aire sous la courbe (ASC0 – t) et la concentration sérique maximale (Cmax) se produisent entre 1 et 4 h (Millar et al., 2018). L’ASC0 – t et la Cmax atteignent leurs valeurs maximales plus rapidement après le tabagisme ou l’inhalation que par voie orale ou oromucosale. La biodisponibilité était de 31 % après le tabagisme, mais aucune autre étude n’a fait état de la biodisponibilité absolue de la CDB après d’autres voies chez l’homme. La demi-vie du CBD varie entre 1,4 et 10,9 h après une pulvérisation oromucosale et 2 à 5 jours après une administration orale chronique (Millar et al., 2018). Les états alimentaires et les formulations lipidiques augmentent la Cmax (Millar et al., 2018). La biodisponibilité de la CDB par voie orale se situe entre 11 et 13 %, contre 11 à 45 % (moyenne de 31 %) par inhalation (Scuderi et al., 2009). Le CBD est bien toléré, mais malgré un risque relativement faible d’interactions médicamenteuses, il doit être utilisé avec prudence en association avec des médicaments métabolisés par les voies CYP3A4 et CYP2C19, et les substrats des UDP-glucuronosyltransférases UGT1A9 et UGT2B7 (Millar et al., 2018). La pertinence clinique de ces interactions doit être étudiée dans de futures études.

Le dronabinol et le nabilone sont d’origine synthétique, tandis que le nabiximol est d’origine végétale (Papaseit et al., 2018). Le pourcentage de THC et son rapport à la CBD (rapport THC/CBD) définit la puissance et les effets psychoactifs d’une formulation donnée (Papaseit et al., 2018). Ceux qui présentent un rapport CBD/Δ9-THC plus élevé ont des effets euphorisants, anxiolytiques et relaxants, tandis que ceux qui présentent un rapport CBD/Δ9-THC plus faible ont des propriétés sédatives (Papaseit et al., 2018). Les nabiximols, un composé contenant du CBD, contiennent Δ9-THC et du CBD dans un rapport de 1:1 (Papaseit et al., 2018). il a été approuvé Epidiolex® (une formulation orale de CBD) pour deux formes de crises d’épilepsie infantile (syndrome de Lennox-Gastaut et syndrome de Dravet) chez les enfants de 2 ans et plus (Papaseit et al., 2018).
Des travaux antérieurs visant à synthétiser les preuves de la consommation de cannabis à des fins médicales chez des patients souffrant de troubles psychiatriques ont été publiés. Par exemple, Hoch et al. ont mené une excellente revue systématique qui a résumé quatre revues systématiques et 14 essais contrôlés randomisés (ECR), mais n’a pas pris en compte les preuves d’essais non cliniques (rapports de cas et séries de cas) (Hoch et al., 2019). Une revue de Mandolini et al. a récemment résumé les résultats cliniques de 14 études sur les troubles psychiatriques, mais ces auteurs n’ont pas fourni d’informations sur les nabiximols (Mandolini et al., 2018). Contrairement aux articles de synthèse mentionnés ci-dessus, le présent article vise à fournir un examen plus complet de l’utilisation du CBD et des composés contenant du CBD tels que les nabiximols pour traiter les troubles psychiatriques. La présente revue comprend des études portant sur la schizophrénie, les troubles liés au cannabis, le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), les comorbidités dans le trouble du spectre autistique (TSA), le trouble d’anxiété sociale (TAS), d’autres troubles anxieux, l’insomnie, le trouble bipolaire, le trouble de stress post-traumatique (TSPT), la psychose dans la maladie de Parkinson et le syndrome de Tourette. Cet article passe largement en revue l’efficacité, la sécurité et les avantages psychiatriques du CBD et des composés contenant du CBD (nabiximols). Nous faisons ici une distinction claire entre les résultats cliniques du CBD et des nabiximols, car ce dernier contient également du THC.

Méthodes
Critères d’éligibilité
Le principal critère d’inclusion était les études sur l’utilisation psychiatrique de la CDB et des composés contenant de la CDB tels que les nabiximols. Seuls les rapports de cas, les séries de cas, les examens rétrospectifs de dossiers, les essais ouverts et les ECR ont été pris en compte. Tous les livres, documents de conférence, thèses, éditoriaux, articles de synthèse, méta-analyses, études in vitro, études de laboratoire, études sur les animaux, études de participants sans troubles psychiatriques, et les articles ne comportant qu’un résumé ont été exclus. Aucune restriction concernant la langue, le pays, l’année de publication ou l’âge, le sexe ou l’origine ethnique des patients n’a été appliquée.

 

Pour en savoir plus consultez ces sites :

www.health.harvard.edu

www.healthline.com

swissbotanic.ch

Leave a Comment