Parlons de la psychologie liée à la maladie

Parlons de la psychologie liée à la maladie
Noter cet article

1. Être malade

Etre malade est quelque chose que nous aimons blâmer à l’extérieur de nous-mêmes. Nous aimons blâmer les substances nocives dans l’environnement, un mode de vie malsain, qu’il y ait un virus ou même des accidents, nous disons que c’est de la malchance pure et simple, au mauvais moment et au mauvais endroit.

2. Cause de la maladie

Selon moi, la cause de la maladie est toujours stockée en nous.

Chaque maladie est une forme d’attention à un problème sous-jacent. Ce problème sous-jacent peut être psychologique ou même karma (charge d’une vie antérieure) dans le cas où quelqu’un est déjà né malade. Dans cet article, cependant, nous ne parlerons que de la maladie au cours de cette vie. C’est une forme d’attention, parce que nous avons négligé auparavant de prêter attention au vrai problème. De cette façon, nous arrêtons beaucoup de choses dans notre vie dont nous préférons ne pas parler, comme les événements radicaux, mais aussi les choses qui se sont répétées et qui n’ont jamais été faites après.

3. Être malade est une forme d’attention

Les problèmes émotionnels comprennent souvent, par exemple, le chagrin pour la perte d’une personne qui n’a jamais vraiment été exprimée, le harcèlement ou d’autres incidents dans lesquels vous n’avez jamais vraiment été capable de parler de votre chagrin, de votre peur, de votre colère. Ces émotions ont été arrêtées si loin que nous ne savons souvent pas d’où viendra ce comportement particulier ou cette réaction inattendue. En n’écoutant pas les signaux de toutes ces émotions, nous commençons à chercher une autre façon d’attirer l’attention de toute façon. Vous pouvez le comparer un peu avec un enfant qui ne reçoit pas assez d’attention, cet enfant finira par trouver toutes sortes de choses pour exiger encore cette attention si nécessaire.

 

Il y a aussi beaucoup de belles déclarations qui font un lien entre la maladie ou la douleur et ce que l’on peut se demander comme :

 

En cas de maux de gorge – je ne parle pas assez ou ce que je peux et ne veux pas avaler.

Plaintes d’oreille – Pourquoi ne suis-je souvent pas prêt à écouter quelqu’un ?

En cas de douleurs aux épaules ou à la nuque – Est-ce que je prends trop de poids sur les épaules ou est-ce que je sors assez du cou ?

Maladies de la peau – Est-ce que je dessine trop de limites ou suis-je assez accessible pour les autres personnes ?

En cas d’accident, il en va de même en principe, une maxime ésotérique est donc que tout ce qui vous arrive, ne peut arriver que parce que vous êtes mûr pour cette expérience à ce moment précis.

Un article proposé par : https://divinatoire.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *