Dans la tête d’une genevoise

Dans la tête d’une genevoise
3.5 (70%) 4 votes

genevoiseSéverine venait d’arriver dans cette célèbre clinique de Genève spécialisée dans la médecine esthétique. Une clinique de renom que visitait régulièrement toute la jet set suisse pour laquelle le culte du corps était une véritable obsession (c’est une réalité connu de tous en Europe). Peu importe le prix qu’il fallait y mettre. Séverine faisait donc  partie de ce beau monde, cette classe habituée aux injections de toxine botulique et autres épilation laser. Régulièrement, et cela pendant plusieurs années, elle rendait visite à ce docteur spécialiste de la chirurgie esthétique. Elle espérait toujours demeurer jeune, belle et sexy et n’hésitait pas à investir une partie de ses économies là-dedans. Et parmi tous les instituts d’esthétique qui pratiquaient des injections de toxine botulinique, elle affectionnait particulièrement celle-là. Et pourtant l’offre  dans ce domaine était diversifiée. Par exemple des cliniques telles que  http://www.antiage.ch , http://www.medecine-esthetique-geneve.com ou encore http://www.family-doctor-geneva.ch administraient aussi des injections de botox à Genève .Cependant, elle avait fait le choix de recevoir des soins esthétiques uniquement dans cette clinique. Que ce soit pour des piqures de botox , d’acide hyaluronique ou encore pour des séances d’épilation au laser. Bref tout ce qu’il fallait faire pour maintenir son apparence au top. Ne dit-on pas que :

“Tout n’est qu’apparence, non ?” Alberto Giacometti

Ou encore que :

“L’apparence est le vêtement de la personnalité.” Galienni

 

Et si elle venait toujours par ici, c’était sans doute parce qu’elle avait une très bonne relation avec ce docteur auquel elle faisait entièrement confiance pour le maintien de son physique au top. La réalité par contre était qu’elle  avait presque plus les moyens de continuer à s’offrir de tels soins.Cela devenait un luxe pour elle.  Les soins esthétiques de ce type coûtaient généralement très cher. Et encore plus lorsqu’on les reçoit dans un cabinet de médecine de cette envergure. Mais bon, il fallait pour elle lutter coûte que coûte contre les signes extérieurs de vieillesses principalement les rides. (rides d’expression, rides au niveau du front et bien d’autres  sur le visage) . Et pour y arriver tout y passait. Botox, acide hyaluronique, mini lifting, gommage et même des opérations chirurgicales en bonne et due forme. Cela avait creusé un grand trou dans son portefeuille. Un trou qui tardait à se remplir à nouveau depuis qu’elle connaissait de sérieux problèmes financiers dues à sa perte d’emploi. Une perte d’emploi qui lui a fait énormément de mal.

 

Son emploi, c’était pourtant l’essentiel de ses revenus, avec l’héritage correct que lui avait légué son oncle Geoffroy. Et cette chute l’avait fait descendre de son piédestal .Presque plus d’économies  à présent et un lourd prestige qu’il fallait continuer à  entretenir. Pour preuve , elle fréquentait toujours les mêmes lieux . Shopping dans les boutiques de luxe tous les dimanches , restaurants de premier choix ou encore centre de soins de qualité. C’était presqu’une obligation pour elle de conserver son train de vie. Voilà pourquoi elle s’était refusé de quitter son luxueux appartement situé dans le quartier de Champel . Un logement cinq étoiles. Un penthouse de premier choix que pas mal de ses amis genevois lui enviaient. Quatre chambres d’une grande taille. Une cuisine style italien. Une salle de séjour aérée et des salles de bain au style très tendance. Un modèle de construction vraiment original. Sans oublier l’usage de matériaux assez prisés compte tenu du fait qu’ils symbolisaient une certaine classe.

 

Pour dénicher ce magnifique pied à terre elle a eu recours à l’une des nombreuses agences immobilières que l’on retrouve dans cette ville. L’entreprise en question était très efficace. Elle vous aide à trouver un appartement à louer en un clignement d’œil. De véritables professionnels du secteur de la location-vente de biens immobiliers. Pour trouver des villas, des appartements, des locaux pour bureaux ou autres commerces cette agence savait faire preuve d’une réelle efficacité. Et elle avait grandement aidée Séverine et bons nombre de ses amis dans la quête du logis parfait. Une agence qui résistait brillamment à la concurrence d’entreprises telles que http://www.anibis.ch , http://www.immoscout24.ch , http://www.homegate.ch , http://www.brolliet.ch , https://fr.comparis.ch , https://www.petitesannonces.ch  et http://www.br-consulting.ch/ qui sont toutes spécialisées dans la location à Genève. Et bien entendu, la location d’un appartement de ce type lui revenait assez cher. Surtout que Genève n’est pas la ville la moins chère du monde.

Un contrat de bail assez complexe et des mensualités très élevées . Et ce bâtiment qu’elle occupait en location-vente lui coutait une bonne partie de ses économies. Sa seule satisfaction est que ce bien immobilier lui reviendrait entièrement un jour. Du moins si elle continuait de remplir sa part du contrat. Et pour y arriver tout comme pour continuer à financer ses soins esthétiques elle avait besoin  de nouvelles entrées d’argent et cela de façon régulière. Et quand on est sans emploi la seule et unique façon de gagner de l’argent est sans doute de monter un  business. Elle a donc décidé de se mettre à son propre compte. Ouvrir un cabinet de consulting dans le domaine qu’elle maitrisait le plus : la facilitation de l’accès au crédit. Car elle avait  pendant plus de dix  années exercé en tant que conseillère dans une grande banque suisse. Elle en savait énormément au sujet des différents types de prêts et les conditions s’y rapportant. Et cela peu importe la banque. Son expérience des institutions bancaires serait donc utile à toute personne souhaitant obtenir rapidement un crédit. Elle pourrait orienter cette personne, l’aider à constituer son dossier et effectuer sa demande en bonne et due forme. Et avec cet accompagnement, chacune de ses clients seraient certains d’obtenir le prêt qu’ils espèrent tant. Et chose dite, chose faite. Elle s’est donc mise au boulot et a aidé de nombreux clients à contracter un crédit auprès de banques telles que https://www.migrosbank.ch , https://www.credit-suisse.com/ et https://www.credit.ch/.

Cette activité lui a  permis de se refaire le moral financièrement parlant. Et d’être moins soucieuse pour ce qui concerne son avenir. Elle  pouvait donc espérer *un meilleur épanouissement. Dès lors, on aurait pu vaticiner et dire que son avenir s’annonçait désormais sans le moindre écueil .

Car comme le dirait ce célèbre auteur :

“Pas de travail, pas de santé ni d’équilibre intellectuel et moral.” Léo-Paul Desrosiers

Voilà c’est la fin  de mon galimatias  de ce 17/10/2017. J’espère que la lecture vous a enchanté chers lecteurs et lectrices membres de cette dynamique  communauté. Le style d’écriture vous semble quelque peu pourri lol .C’est juste une façon d erompre avec la routine et titiller quelque peu vos méninges. J’espère que vous avez apprécié

 

2 thoughts on “Dans la tête d’une genevoise

  1. Bonjour
    J’ai moi même constaté le développement des salons de médecine esthétique sur Genève et il faut dire que le capital confiance vient énormément du Made in Swiss. Les histories entendues en France d’un chirurgien esthétique Marseillais qui a massacré ses patientes à contribué à développer la confiance envers un label de qualité Suisse. Je précise ne pas faire de pub mais juste donner mon avis sur votre blog.

    1. @Merci madame Sandrine Holzer . Votre analyse est très pertinente à bien d’égards. Le sérieux des chirurgiens suisses pèse énormément dans la balance lorsqu’il choisit de choisi une destination pour ce type de pratique.De nombreuses femmes m’ont confirmé cela.Encore une fois merci et continuez de partager avec nous votre point de vue avisé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *